On parle de dent incluse lorsqu’une dent se développe normalement, mais ne parvient pas à sortir de la gencive et reste piégée. Ce phénomène assez fréquent peut affecter toutes les dents, avec toutefois une prévalence pour les dents de sagesse et les canines supérieures.

Au-delà de l’aspect esthétique, les dents incluses peuvent être source de complications et nécessitent une attention particulière pour maintenir une bonne santé bucco-dentaire.

Dans cet article, les dentistes du Centre dentaire Mont-Royal répondent à vos questions sur les dents incluses. Vous découvrirez les potentielles complications liées à ce problème dentaire, ainsi que les différentes approches de traitement disponibles.

Qu’est-ce qu’une dent incluse ?

Une dent incluse est une dent qui rencontre des difficultés à émerger dans l’arcade dentaire en raison de divers obstacles (dent adjacente, os, tissu mou dense, kyste, ou mauvais positionnement). Ces facteurs entravent le processus normal d’éruption dentaire, empêchant la dent de sortir adéquatement. On dit alors qu’elle est incluse, car la dent qui ne parvient pas à sortir reste ainsi coincée dans l’os de la mâchoire, sous la gencive.

Selon une étude de l’Association dentaire canadienne, la grande majorité des dents de sagesse (84 %) sont incluses ou partiellement incluses, tandis que seulement 16 % émergent complètement.

Outre les dents de sagesse, ce sont les canines supérieures qui sont les plus susceptibles d’être incluses, car elles sont les dernières dents antérieures (les dents d’en avant) à émerger (habituellement vers l’âge de 13 ans). En raison de leur développement plus tardif et plus lent, ces dents peuvent parfois rencontrer des difficultés à trouver leur place parmi la dentition déjà en place, causant ainsi leur inclusion.

Si vous vous posez des questions sur l’état de vos dents ou celles de votre adolescent(e), nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un(e) dentiste. Il est recommandé de programmer des examens dentaires réguliers afin que le (la) praticien(ne) puisse détecter et soigner à temps tout signe de pathologie (infections, caries dentaires, douleurs, péricoronite).

Illustration 3D d’une dent incluse : la troisième molaire (dent de sagesse) ne parvient pas à sortir de la gencive.

Quelles complications peuvent être causées par une dent incluse ?

Lorsqu’une dent ne parvient pas à sortir de la gencive, indépendamment de la cause, cela peut entraîner diverses complications.

Ces problèmes peuvent se manifester dès l’enfance, par exemple quand une dent de lait ne tombe pas, ou apparaître plusieurs années plus tard. Afin d’évaluer la présence et le risque de complications liés à une dent incluse, les dentistes recommandent généralement de réaliser une radiographie panoramique dentaire, entre 6 et 8 ans, soit les âges auxquels les premières dents permanentes font leur apparition en bouche. Ce type de radiographie permet notamment de s’assurer que les dents poussent selon la bonne orientation (l’axe d’éruption).

Les complications les plus fréquemment associées à une dent incluse peuvent inclure :

  • Péricoronite : Il s’agit d’une inflammation aiguë du tissu gingival qui se développe autour de la couronne d’une dent. Celle-ci peut également se propager aux tissus environnants. En l’absence de soins appropriés, cette infection peut entraîner une enflure de la gencive ou un gonflement de la joue, provoquer de vives douleurs ou bien encore des difficultés à ouvrir la bouche ou mastiquer.
  • Pression sur les dents voisines : La pression exercée par une dent incluse peut endommager la racine de la dent voisine. Les dents définitives peuvent alors manquer d’espace et leur éruption être gênée, voire empêchée par une telle dent incluse. Il est également possible que cette pression constante exerce des effets néfastes sur l’alignement des dents antérieures (chevauchement dentaire) ou compromette l’efficacité d’un traitement orthodontique.
  • Carie dentaire : Même si la dent incluse n’est pas visible dans la bouche, elle peut quand même être sujette à la formation d’une carie qui peut s’étendre à long terme aux dents adjacentes.
  • Maladies parodontales: Les dents incluses peuvent être à l’origine d’une inflammation de la gencive d’origine bactérienne (gingivite). Les dents avoisinantes, et l’os qui les soutient peuvent être touchés avec le temps (parodontite). En l’absence de traitement, il est parfois nécessaire d’extraire la dent concernée pour préserver la dentition.
  • Maux de tête : Les dents incluses peuvent être la cause de maux de tête chez certaines personnes.
  • Kyste dentaire : Dans certains cas (moins de 3 % en général), les dents incluses peuvent donner lieu à la formation d’un kyste autour d’elles, entraînant ainsi une éventuelle détérioration de l’os environnant.
  • Tumeurs : Bien que cela soit extrêmement rare, il a été démontré que les dents incluses peuvent être associées ou directement liées à certaines tumeurs, tant bénignes que malignes.

Est-il nécessaire d’extraire une dent incluse ?

Heureusement, des traitements dentaires efficaces sont disponibles pour soigner les dents incluses.

Lorsqu’il est possible d’anticiper qu’une dent sera incluse, les dentistes suggèrent généralement de procéder à l’extraction afin d’éviter qu’elle entraîne d’autres pathologies ou traumatismes dentaires plus dommageables. Il s’agit là d’un soin de chirurgie dentaire éprouvé qui est la plupart du temps pratiqué avec une simple anesthésie locale. Et qui donne d’excellents résultats !

En procédant à une extraction dentaire à un stade précoce,  vous pouvez ainsi avantageusement prévenir l’apparition de ces complications.

En général, c’est avant l’âge de 25 ans qu’il est préférable d’extraire une dent incluse plutôt que de la laisser en place. À cet âge, les racines ne sont pas encore pleinement développées ni ankylosées (c’est-à-dire « soudées ») à l’os. Cela rend l’extraction de la dent plus facile. La récupération postopératoire est également plus rapide.

Quand faut-il consulter ?

Si les dents permanentes de l’adolescent(e) ne sont pas toutes sorties après l’âge de 12-13 ans, à l’exception des dents de sagesse, il est recommandé de prendre rendez-vous avec un(e) dentiste.

Une radiographie panoramique permettra au (à la) praticien(ne) de vérifier la présence de dents incluses. Le (la) dentiste évaluera à cette occasion si l’extraction est nécessaire.

En ce qui concerne les dents de sagesse, elles poussent généralement vers l’âge de 15-17 ans. Il est donc conseillé de consulter un (une) dentiste à cette période pour déterminer s’il y a un risque qu’une dent de sagesse soit incluse.

L’évaluation préopératoire du ou de la patient(e) par un(e) chirurgien(ne)-dentistes est une étape essentielle pour s’assurer de prodiguer les soins dentaires appropriés le plus tôt possible. Il est toujours préférable de faire extraire une dent incluse avant qu’elle ne pose problème, car les complications et les risques de séquelles buccodentaires s’accentuent avec l’âge.

La détection précoce est la clé d’un traitement réussi

La détection précoce des dents incluses joue un rôle essentiel dans un traitement réussi et permet d’éviter les douleurs, les infections et autres complications à la santé bucco-dentaire des patient(e)s.

Notre équipe est là pour vous aider si vous vous questionnez ou soupçonnez la présence de dents incluses pour vous-même ou votre enfant.

Au Centre dentaire Mont-Royal, nous comprenons l’importance d’une prise en charge rapide et efficace, c’est pourquoi nous offrons des plages horaires flexibles du lundi au samedi, afin de vous proposer une consultation à l’heure qui vous convient le mieux.

Contactez-nous dès maintenant pour fixer un rendez-vous dans notre clinique dentaire à Montréal ou utilisez notre service de prise de rendez-vous en ligne.

Articles recommandés