Pourquoi mes gencives saignent-elles ? Tout savoir sur les gencives qui saignent

gencives-qui-saignent

Le saignement des gencives est un phénomène relativement fréquent qui peut être causé par une variété de facteurs. Dans cet article, nous vous proposons un survol des différentes raisons qui peuvent expliquer pourquoi vos gencives saignent.

Vous avez une gingivite

Le saignement des gencives peut d’abord être causé par une maladie de gencives. Les maladies parodontales sont d’ailleurs fréquemment en cause lorsqu’il est question de gencives qui saignent.

Nous avons naturellement des bactéries dans notre bouche. Lorsqu’on ne se brosse pas les dents régulièrement ou adéquatement, les bactéries s’accumulent sur nos dents et forment progressivement ce qu’on appelle la plaque dentaire. Lorsqu’elle n’est pas éliminée par le brossage, la plaque bactérienne peut s’attaquer aux gencives et provoquer une réaction inflammatoire.

La gencive devient alors plus fragile et ses tissus de soutien deviennent plus susceptibles de saigner au moindre contact, que ce soit avec un aliment, la brosse à dents, la soie dentaire, etc.

La gingivite est une condition réversible. Des détartrages réguliers et une bonne hygiène buccodentaire permettent généralement de retrouver des gencives saines. Lorsqu’elle n’est pas traitée, la gingivite peut progresser et devenir une parodontite.

Vous brossez vos dents trop énergiquement

Inutile de le répéter : se brosser les dents est essentiel pour assurer sa santé buccodentaire et générale. Or, des saignements des gencives peuvent apparaitre au brossage des dents. Mais pourquoi donc ?

Le saignement lors du brossage est souvent causé par une technique de brossage trop agressive, énergique ou inadaptée. En appliquant une pression trop forte sur les gencives, une irritation traumatique peut se produire. Les gencives peuvent alors devenir gonflées, sensibles ou douloureuses.

Par ailleurs, une mauvaise utilisation des brossettes interdentaires et du fil dentaire peuvent aussi faire saigner les gencives. Le choix d’une brosse à dents à poils souples et adaptée à vos besoins pourrait également permettre de soulager des gencives irritées.

Vous subissez certains changements hormonaux

Comme nous avons vu au premier point, l’accumulation de la plaque dentaire entraine souvent une gingivite. Or, certaines perturbations hormonales peuvent également causer des gingivites (gingivite gravidique).

Ce type de gingivite peut se produire lors de la puberté, de la ménopause et durant une grossesse. L’augmentation de la progestérone dans l’organisme contribue, dans ces situations bien précises, à une élévation du flux sanguin vers les tissus gingivaux.

Cette élévation du flux sanguin contribue à rendre les gencives plus sensibles et gonflées, et plus susceptibles de saigner lors du brossage dentaire ou de l’utilisation du fil dentaire.

D’autres raisons qui expliquent pourquoi les gencives saignent

Certains troubles de santé généraux sont en cause lorsqu’il est question de saignement de gencives. Par exemple, une allergie ou une carence en vitamine C peuvent entrainer le saignement des gencives.

Quelqu’un qui présente un trouble au niveau de ses plaquettes sanguines peut aussi saigner des gencives, de même qu’une personne qui a des troubles de la coagulation, comme c’est le cas chez quelqu’un qui est hémophile ou atteint de leucémie.

Quoi faire pour éviter que vos gencives ne saignent ?

Faire un nettoyage dentaire et un détartrage

Si vous êtes atteint d’une gingivite, une inflammation de la gencive due à l’accumulation de plaque dentaire, votre dentiste vous recommandera probablement un nettoyage dentaire et un détartrage.

Dans le cas d’une maladie parodontale plus avancée, votre dentiste pourrait plutôt vous recommander un surfaçage radiculaire pour déloger la plaque qui se serait accumulée sous la ligne gingivale.

Adopter une bonne routine de soins bucco-dentaires

Si le saignement de vos gencives est causé par un brossage trop énergétique, il vous faudra alors modifier votre routine de soins dentaires.

D’ordre général, on recommande de se brosser les dents deux fois par jour à l’aide d’une brosse à dents à poils souples. Il convient également d’utiliser la soie dentaire à raison d’une fois par jour, le soir au coucher de préférence.

À noter : le fil dentaire doit être passé avant d’entamer le brossage dentaire.

Éviter le tabac

Au fil du temps, l’usage du tabac peut endommager les gencives et les rendre plus vulnérables aux maladies et aux saignements.

Adopter de saines habitudes alimentaires

Manger des aliments sains sur une base régulière — tels que des fruits et des légumes — contribue à renforcer les dents et les gencives. Adopter de saines habitudes alimentaires est un facteur important qui aide à réduire la probabilité que les gencives saignent.

Saignement de gencives chronique : l’importance de contacter un dentiste

On pense souvent à nos dents lorsqu’il est question d’hygiène buccale. Or, il est également très important de prendre soin des gencives pour éviter les saignements et assurer leur santé.

Puisque les gencives représentent le support de vos dents, il est essentiel de prendre toutes les précautions nécessaires si vous remarquez qu’elles saignent de manière inhabituelle.

Si vous constatez que ces saignements se répètent, il est alors préférable de consulter rapidement votre dentiste, car le saignement récidivant est généralement dû à une inflammation liée à l’activité de microbes ou bactéries.

Vous avez des questions ou des inquiétudes concernant vos gencives qui saignent ? Contactez-nous. Nous examinerons votre problème et vous proposerons le traitement qui convient à votre situation. Pour en savoir plus sur le monde de la dentisterie, nous vous invitons aussi à parcourir la section blogue de notre site Web !

L’extraction des dents de sagesse est-elle obligatoire ?

pourquoi-enlever-dents-de-sagesse

Les dents de sagesse, aussi appelées troisièmes molaires, sont les dents les plus éloignées de notre dentition. Certaines personnes n’ont qu’une dent de sagesse. D’autres deux, trois ou quatre. Fait remarquable : certains individus n’ont aucune dent de sagesse. Cette variabilité demeure aujourd’hui encore inexpliquée…

Dans cet article, l’équipe du Centre dentaire Mont-Royal vous parle de dents de sagesse. À travers les lignes suivantes, vous apprendrez pourquoi on a des dents de sagesse, pourquoi on les appelle ainsi et pourquoi nous devons parfois les faire enlever.

Pourquoi on a des dents de sagesse ?

Les dents de sagesse sont un héritage de nos ancêtres. Nos ancêtres s’en servaient en effet pour mastiquer la viande crue et les végétaux coriaces. Les dents de sagesse servaient aussi à pallier les autres molaires qui s’usaient alors plus rapidement.

Les dents de sagesse permettaient donc autrefois à nos ancêtres de continuer à se nourrir correctement malgré la détérioration des autres dents, ce qui améliorait grandement leurs chances de survie.

Avec l’évolution, notre mâchoire s’est rétrécie. Elle est plus étroite qu’avant. La modification de nos habitudes alimentaires en est en partie responsable. De nos jours, nous cuisons les aliments, et cette cuisson réduit considérablement le besoin de mastication de la nourriture pour être consommée.

Résultat : les dents de sagesse manquent souvent de place pour émerger sainement de la gencive ou trouver leur place dans la dentition. Ce faisant, l’extraction de dents de sagesse fait désormais partie des soins dentaires courant pour éviter les problèmes bucco-dentaires et maintenir la bouche en santé.

Pourquoi les appelle-t-on « dents de sagesse » ?

Toutes nos 28 dents « permanentes » — canines, incisives, molaires — poussent typiquement entre 6 et 13 ans. Les dents de sagesse, elles, poussent plus tardivement, soit vers l’âge adulte, entre 18 et 25 ans.

On les appelle ainsi, tout simplement, car elles apparaissent à un âge plus avancé que l’on associe à la sagesse et à la raison. Les dents de sagesse s’appellent même « dents de 20 ans » dans certains pays !

Pourquoi enlever les dents de sagesse ?

Les dents de sagesse qui ne posent pas problème et qui ont assez de place pour prendre leur place au sein de la dentition existante n’ont généralement pas besoin d’être extraites. On parle alors de dents de sagesse « asymptomatiques ».

Il faut enlever les dents de sagesse lorsqu’elles sont problématiques. Par exemple, lorsque les dents de sagesse causent de la douleur, une infection ou des dommages aux autres dents.

Voici certaines situations qui demandent qu’on enlève les dents de sagesse.

Enlever les dents de sagesse pour préserver la dentition

Des dents de sagesse « incluses » — c’est-à-dire situées sous la mâchoire et qui ne sortent pas — peuvent être à l’origine de maux de tête, de douleurs ou de maladies parodontales (gingivite, parodontite). D’où l’importance de les extraire.

Leur poussée étant tardive et un peu désordonnée, les dents de sagesse peuvent aussi entraîner un mauvais alignement des dents, voire un chevauchement dentaire.

À titre préventif, votre dentiste pourrait donc vous conseiller l’extraction des dents de sagesse afin de préserver votre dentition, et ce, même si vous ne ressentez aucune douleur.

Enlever les dents de sagesse lorsqu’une carie se forme

Les dents de sagesse se situent tout au fond de la bouche. Il est ainsi plus compliqué de les brosser adéquatement du fait de leur positionnement et de leur forme plus atypique.

Une bonne routine d’hygiène bucco-dentaire peut donc s’avérer insuffisante pour prendre soin adéquatement des dents de sagesse — des caries dentaires sont dès lors plus susceptibles d’apparaitre.

Or, les caries des dents de sagesse sont plus difficiles à traiter correctement et plus enclines à la récidive. C’est pourquoi votre dentiste pourrait vous recommander d’enlever une ou plusieurs dents de sagesse afin de préserver votre santé buccodentaire.

Enlever les dents de sagesse pour éviter les risques d’inflammation ou d’infection

Les dents de sagesse peuvent demeurer semi-incluses, c’est-à-dire qu’une partie de la dent de sagesse est visible en bouche et l’autre, encore prise sous la gencive.

Des débris alimentaires peuvent alors s’accumuler entre la gencive et la dent de sagesse. Les tissus de soutien finissent par s’infecter et des abcès peuvent alors se former. Malheureusement, ni le brossage régulier ni l’utilisation de la soie dentaire ne permettent de prévenir complètement cette situation…

À savoir : l’inflammation gingivale et l’infection peuvent généralement être maitrisées avec des antibiotiques. En cas de récidive, votre dentiste pourrait toutefois vous proposer d’extraire les dents de sagesse problématiques.

Enlever les dents de sagesse lorsqu’un kyste dentaire se développe

Les dents de sagesse se développent dans un sac à l’intérieur de la mâchoire. Petit à petit, ce sac peut former un kyste, qui risque d’endommager l’os de la mâchoire, les dents avoisinantes et même la gencive.

Si un tel kyste se formait, votre dentiste pourrait vous recommander d’enlever la ou des dents de sagesse récalcitrantes.

Enlever les dents de sagesse dans le cadre d’un traitement orthodontique

Les dents de sagesse doivent parfois être extraites dans le cadre d’un traitement orthodontique. Par exemple, lorsqu’une dent de sagesse empêche l’éruption d’une deuxième molaire ou le déplacement de dents vers l’arrière de la bouche. Votre dentiste pourrait alors vous conseiller l’extraction de vos dents de sagesse afin d’optimiser les résultats des soins d’orthodontie.

Enlever les dents de sagesse ou ne pas enlever les dents de sagesse ?

Alors, est-ce que l’extraction des dents de sagesse est obligatoire ou pas ? Comme nous venons de le voir, cela peut être nécessaire dans certains cas, comme lors d’une infection ou lorsque les dents de sagesse ne poussent pas correctement hors de la gencive.

Le principal moyen d’évaluer la bonne éruption des dents de sagesse est de prendre une radiographie de la bouche. Cela permet notamment de s’assurer que l’espace disponible est suffisant pour accueillir ces nouvelles dents !

Si tout est beau, les dents de sagesse pourront éventuellement être conservées tout au long de la vie. Mais si la présence et la position des dents de sagesse sont problématiques, alors il se pourrait qu’une extraction soit requise pour préserver votre santé bucco-dentaire.

Votre dentiste est le mieux placé pour analyser votre situation. Nous vous invitons à prendre rendez-vous chez le dentiste sans plus tarder si vos dents de sagesse sont douloureuses ou si vous souhaitez vous assurer que leur bonne croissance.

Et si vous désirez en apprendre plus sur les extractions dentaires, nous vous recommandons de lire l’article Extraction dentaire : que faire après l’opération ? Il vous renseignera plus en détail sur le sujet.

Extraction dentaire : que faire après l’opération ?

que-faire-apres-extraction-dentaire

Une de vos dents s’est cassée à la suite d’un accident ? Vos dents de sagesse poussent et causent des complications sur les dents voisines ? Une carie profonde qui n’a pas été soignée rapidement ? Votre dentiste pourrait alors vous recommander d’extraire une ou plusieurs de vos dents afin de préserver votre santé buccodentaire.

Même si chaque extraction dentaire est unique, il existe néanmoins un certain nombre de recommandations générales pour favoriser une bonne guérison. Dans cet article, nos dentistes en survolent quelques-unes avec vous.

Que faire en cas d’engourdissements ?

Les extractions dentaires simples se déroulent souvent sous anesthésie locale afin de rendre l’opération indolore. Après l’extraction dentaire, vous pourriez ressentir un certain engourdissement au niveau de votre bouche. Cet engourdissement est bien normal et s’estompera de lui-même quelques heures après l’extraction dentaire.

Alors que votre bouche est encore engourdie, les sensations semblent différentes : faites attention à ne pas vous blesser et à ne pas vous mordre la langue, les lèvres ou l’intérieur de la joue.

Que faire en cas de saignements ?

Après l’extraction dentaire, vous pourriez remarquer la présence de sang dans votre salive, et ce, jusqu’à 36 heures après la procédure. Inutile de paniquer, car ces saignements sont normaux et même inévitables.

Dès la fin du traitement, ou si vous constatez des saignements, prenez une compresse de gaze, ou un sachet de thé légèrement humide, et mordez-la pendant une trentaine de minutes. Ceci aide à la formation du caillot de sang nécessaire à la bonne cicatrisation de la plaie.

Toute personne qui prend des anticoagulants, et plus généralement des médicaments, doit le mentionner à son dentiste afin que celui-ci prenne les précautions nécessaires pour éviter des saignements postopératoires plus importants.

Le repos complet est également de mise la journée même de la chirurgie. Il est aussi recommandé d’éviter tout effort important durant les 3 jours suivants l’opération, car la pratique d’un sport ou d’une activité physique pourrait déclencher des saignements.

Si les saignements sont toujours importants 24 heures après l’extraction dentaire, ou si vous avez des inquiétudes, communiquez avec votre dentiste.

Que faire en cas d’enflure ?

Toute région du visage située près du site de l’extraction dentaire — les joues, le menton, le cou, les lèvres, le nez ou le front — est susceptible de devenir enflée après la procédure.

L’enflure est normale après une extraction dentaire. Elle fait même partie du processus de guérison. Cette enflure, et parfois des ecchymoses (des bleus), apparait généralement 24 heures après l’intervention. Elles peuvent être plus ou moins importantes selon le patient.

Que faire pour diminuer l’enflure ? Appliquez de la glace enveloppée dans une petite serviette sur la zone concernée pendant une dizaine de minutes. Retirez pendant 10 minutes, puis répétez le plus souvent possible la journée de l’extraction.

L’enflure peut s’accentuer jusqu’à 48 heures après la chirurgie. Habituellement, elle disparaît de manière graduelle après 1 à 2 semaines. Si celle-ci persiste après cette période, n’hésitez pas à contacter votre dentiste.

Que faire en cas de douleurs ?

À mesure que l’effet de l’anesthésie locale s’estompera, vous pourriez ressentir de la douleur ou de l’inconfort au niveau de la mâchoire. L’intensité et la durée varient cependant d’une personne à l’autre.

Si vous êtes incommodé par la douleur, prenez des analgésiques ou des anti-inflammatoires (acétaminophène ou ibuprofène) en vente libre. Des antidouleurs pourraient aussi vous être prescrits par votre dentiste, s’il y a lieu.

Dans tous les cas, il est important de suivre la posologie recommandée par votre dentiste et de communiquer avec lui si après trois jours, la douleur ou l’inconfort augmentent au lieu de diminuer.

Que faire en cas de nausées et de vomissements ?

Des nausées et des vomissements pourraient survenir pendant les 24 à 72 heures après une extraction dentaire. La prise de narcotique peut être en cause.

Néanmoins, se nourrir correctement, surtout si l’on a l’estomac vide, pourrait aider à mieux contrôler les nausées et les vomissements postopératoires.

L’hygiène bucco-dentaire après l’extraction dentaire

Vous pourriez être tenté de vous brosser les dents comme à l’habitude après une extraction dentaire. Or, il est essentiel d’éviter le contact avec le site de l’opération et les dents avoisinantes, plus particulièrement pendant les 72 premières heures.

Ne rincez pas non plus la région concernée pendant les 24 heures suivant la procédure. Il est important de laisser la plaie guérir.

Le brossage du reste de la dentition est toutefois possible le jour d’après, tout comme passer la soie dentaire, en faisant bien attention de toujours préserver la gencive qui cicatrise.

Pour les jours suivants, vous pourrez vous rincer la bouche délicatement, tout en prenant soin de recracher doucement de manière à ne pas déloger le caillot sanguin impliqué dans le processus de cicatrisation. 

L’alimentation après l’extraction dentaire

Il est conseillé de ne pas boire ni manger pendant environ 2 heures après l’extraction dentaire pour éviter l’inconfort et des complications.

Une alimentation liquide et froide est suggérée pendant les premières 24 à 72 heures après l’extraction dentaire.

Évitez les aliments et les breuvages chauds, et ne buvez pas avec une paille, car cela pourrait déloger le caillot sanguin qui se forme et qui permet la guérison. Il est aussi probable que vous ayez du mal à ouvrir la bouche. Le tout devrait cependant s’atténuer au bout de 4 à 5 jours.

Dès que l’inconfort diminue, réintroduisez progressivement des aliments plus mous et tièdes tout en prenant soin d’éviter de mâcher du côté du site de l’extraction dentaire.

Les noix, le riz, le maïs soufflé et tout autre aliment susceptibles de venir se loger dans les alvéoles doivent être tenus à l’écart jusqu’à la guérison complète.

Les points de suture

Selon la situation, deux types de points de suture sont utilisés pour refermer la plaie de l’extraction dentaire : les points de suture résorbables et les points de suture non résorbables.

Les points de suture résorbables se décomposeront d’eux-mêmes de 7 à 10 jours après l’opération. Les points de suture non résorbables, eux, devront être enlevés manuellement par le dentiste.

Un mot sur l’alcool et le tabagisme

Boire de l’alcool ralentit le processus de cicatrisation. Il est donc fortement déconseillé d’en consommer, surtout pendant au moins 48 heures.

Nous vous recommandons également de vous abstenir de fumer la journée même de la chirurgie et le plus longtemps possible par la suite, car cela favorise les saignements, augmente la douleur post-opératoire et peut causer des complications

Suivre les recommandations de son dentiste après une extraction dentaire

À la lumière de ces informations, vous savez maintenant davantage quoi faire, et quoi ne pas faire, après une extraction dentaire.

Le plus important, bien sûr, sera de suivre les conseils que votre dentiste vous donnera en fonction de votre situation précise, car chaque patient et chaque situation sont uniques.

Durant les 2 ou 3 premières semaines après une extraction, il est normal d’avoir un inconfort au site de la chirurgie. Après quelques jours, vous vous sentirez cependant mieux et pourrez reprendre vos activités normales. 

Quoi qu’il en soit, si vous ressentez de la douleur, saignez abondamment, si vous réagissez aux médicaments ou simplement en cas de doute, n’hésitez pas à nous contacter. Nos dentistes seront là pour vous.

Comment prévenir la carie dentaire chez l’enfant ?

comment-prevenir-carie-dentaire-enfant

La carie de la petite enfance (CPE) peut avoir de sérieuses répercussions sur la santé buccale et dentaire d’un enfant. Elle peut aussi fortement nuire à sa santé générale, notamment lorsqu’elle entraine avec elle des complications infectieuses et des troubles de l’alimentation, voire même de la parole dans les cas extrêmes.

Qu’à cela ne tienne, aujourd’hui, nous souhaitons vous montrer comment des gestes simples et de bonnes habitudes peuvent contribuer efficacement à prévenir la carie dentaire chez votre enfant.

Carie dentaire, enfant et alimentation

La prévention de la carie dentaire chez l’enfant passe en partie par une alimentation saine et équilibrée. C’est d’ailleurs un excellent complément à l’application d’une bonne hygiène buccodentaire.

À cet effet, il est recommandé :

  • d’éviter la consommation de boisson sucrée ou trop acide ;
  • de limiter le plus possible la consommation de friandises ;
  • de restreindre le grignotage entre les repas ;
  • de ne pas laisser dormir l’enfant avec un biberon qui contient du lait ou du jus de fruits.

Pourquoi cette précaution avec le biberon ? Simplement parce que le contact prolongé de ces types de breuvage avec les dents augmente le risque que des caries se développent.

L’importance d’une hygiène dentaire adéquate

En plus de l’alimentation, une bonne hygiène buccodentaire s’impose pour prévenir la carie dentaire précoce chez l’enfant.

Pour vous en assurer, choisissez une brosse à dents à poils souples et un dentifrice au fluor dont la teneur est adaptée son âge. Ces outils sont essentiels pour prévenir l’apparition de caries et pour nettoyer ses dents tout en douceur.

Prenez-soin de brosser les dents de votre enfant après chaque repas, pendant 2 minutes au minimum. Si votre bébé est encore allaité, nettoyez préférablement ses dents et ses gencives après chaque boire.

Le jeune enfant a sans doute besoin d’un peu plus d’aide et de soutien. Supervisez-le bien et inculquez-lui la bonne façon de faire. Vous verrez, vos conseils et votre supervision porteront fruit tant à court terme qu’à long terme !  Veillez également à compléter le brossage avec le fil ou soie dentaire de manière à nettoyer les espaces interdentaires plus difficiles d’accès.

Dès que les poils de la brosse à dents sont abimés, changez-la. Et remplacez toute brosse à dents qui a plus de 3 mois d’utilisation à son actif.

Des visites régulières chez le dentiste

Bien sûr, des visites régulières chez le dentiste s’imposent pour prévenir les caries dentaires chez l’enfant. Peut-être voudrez-vous lire l’article que nous avons écrit sur le sujet. Il est très intéressant et vous renseignera plus en détail.

Mais en bref, une première visite chez le dentiste devrait suivre l’éruption de la première dent ou lorsque l’enfant atteint l’âge d’un an. Ce rendez-vous est essentiel, car la découverte trop tardive d’une carie nécessite souvent des soins dentaires plus complexes, y compris chez l’enfant.

Cette visite  permettra notamment d’établir un bilan complet de la dentition et des gencives de l’enfant et de s’assurer que ses dents se développent normalement. Elle permettra aussi d’habituer votre enfant à ce nouvel environnement médical et d’accroître sa confiance envers ce « docteur des dents ».

Lorsqu’un traitement s’impose

Pour prévenir l’apparition de caries chez l’enfant, il est toujours possible de recourir à la dentisterie préventive, notamment par le biais du fluorure diamine d’argent dont l’application contribue à arrêter la progression des caries sur les dents primaires (ou dents de lait) ou les dents définitives.

Une résine de scellement peut également être utilisée au niveau des puits et des fissures pour empêcher que les résidus ou débris alimentaires restent piégés à la surface des dents, réduisant ainsi l’apparition des caries.

Et si malgré toutes ces précautions une carie venait à apparaitre, il y aura toujours moyen de la soigner en dentisterie générale.

Limiter l’apparition de carie dentaire chez l’enfant

Voilà ! Maintenant, vous savez davantage comment prévenir la carie chez votre enfant : une alimentation équilibrée, de saines habitudes d’hygiène dentaire et une visite annuelle chez le dentiste permettront de garder leurs dents en santé.

Nous espérons que ces conseils vous seront utiles et que vous prendrez plaisir à les mettre en application.

Pour en savoir plus sur le sujet de la dentisterie, n’hésitez pas à visiter la section blogue de notre site Web. Et pour traiter toute carie, contactez-nous. Notre équipe se fera un plaisir de s’occuper de vous.

Usure dentaire : que faire lorsque l’on a des dents usées ?

dents-usees-que-faire

Avec le temps, en vieillissant, il est tout à fait naturel que l’émail de vos dents s’use ou s’érode. C’est un processus physiologique normal qui touche la très grande majorité de la population. Toutefois, une usure dentaire excessive ou prématurée peut entraîner des complications importantes pour la santé buccodentaire.

Vous croyez être aux prises avec un problème d’usure dentaire et ne savez pas quoi faire ? La lecture de cet article vous en apprendra davantage sur les causes et les signes de cette condition dentaire ainsi que les traitements disponibles.

L’usure dentaire : qu’est-ce que c’est ?

D’une manière simplifiée, l’usure dentaire correspond à un amincissement de l’émail, une substance très dure, dont le but est de protéger la dentine et le centre de la dent, la pulpe dentaire.

Cette perte d’émail rend les dents beaucoup plus vulnérables. C’est pourquoi cette situation peut être à l’origine d’autres problèmes plus gênants ou dommageables dans la bouche : douleurs dentaires, esthétique du sourire entamée, difficultés à mâcher les aliments, etc.

L’usure dentaire varie grandement d’un patient à l’autre, allant d’une usure légère jusqu’à une fracture de l’émail ou de la dent. Contrairement aux caries, celle-ci n’est pas causée par des bactéries. Il s’agit plutôt d’une combinaison de plusieurs facteurs et mécanismes physiques qui interagissent entre eux.

Voyons donc ensemble les principales causes de l’usure des dents dont les professionnels de la santé dentaire sont le plus témoins.

Le bruxisme : quand les dents grincent un peu trop

Le bruxisme est un état dans lequel un patient grince ou serre les dents plus fortement en dehors des périodes habituelles de mastication ou de déglutition. Si vous en souffrez, vous pouvez inconsciemment serrer les dents lorsque vous êtes éveillé (bruxisme en état de veille) ou grincer des dents pendant votre sommeil (bruxisme en état de sommeil).

Il s’agit de l’une des principales causes des dents usées. En effet, lorsque les dents grincent contre d’autres, cela crée une friction qui avec le temps finit par dégrader l’émail. Il s’agit de l’attrition.

Normalement, l’attrition dentaire est davantage visible à la surface occlusale des dents, soit sur le dessus, c’est pourquoi elle est aussi parfois appelée « facettes d’usure ».

L’érosion : l’effet des aliments et des boissons acides

L’érosion dentaire est un phénomène de dégradation de l’émail occasionné par l’acidité en bouche. Il s’agit possiblement de la principale cause d’usure dentaire. Pourquoi ? Car les changements survenus dans nos modes de vie ont fait place à des habitudes alimentaires dommageables pour l’émail dentaire.

La restauration rapide et la consommation accrue de plats cuisinés contribuent par exemple à affaiblir l’émail des dents, car de nombreux acides sont utilisés comme additifs et agents de conservation.

Le nombre de lésions dues à l’érosion est aussi important, voire préoccupant, chez les jeunes patients. Celle-ci s’est considérablement accrue en raison de la consommation élevée de sodas, de jus de fruits, d’eau citronnée ou de boissons gazeuses ou « énergisantes ».

Les patients atteints d’anorexie, de boulimie ou présentant des problèmes gastriques ou de reflux gastro-œsophagien sont également plus touchés par ce phénomène d’érosion dentaire.

L’abrasion : l’incidence des contacts répétés sur les dents

Les frottements ou les contacts fréquents des dents contre une autre matière ou des objets peuvent aussi provoquer une lente détérioration de l’émail. On parle alors d’abrasion dentaire.

Se ronger les ongles, mordre un crayon ou d’autres matériaux durs sont autant de situations qui contribuent à ce phénomène qui affecte plus généralement la dentition (les canines, les prémolaires et les premières molaires).

Un brossage trop énergique, l’utilisation d’un dentifrice trop abrasif ou d’une brosse à dents trop rigide peuvent avoir un effet semblable.

L’abfraction : les conséquences de la malocclusion dentaire

Finalement, l’émail peut aussi être touché lorsqu’une dentition présente un désordre relatif à l’occlusion dentaire. Il s’agit là d’un phénomène d’abfraction.

Une occlusion « normale » se caractérise par une bonne position des dents quand les mâchoires sont fermées. On dit que les dents s’emboîtent bien ensemble lorsque les dents supérieures (canines et incisives du haut) mordent légèrement à l’avant et par-dessus les dents du bas. Une occlusion normale ne présente pas d’espaces trop importants entre les dents ou de chevauchements.

Lorsque les dents sont mal alignées, mal positionnées ou manquent d’espace pour se déployer correctement, on parle alors de malocclusion. Les « dents croches » ou les chevauchements des dents sont caractéristiques de ces problèmes dentaires.

Lorsqu’elle n’est pas traitée, cette condition peut conduire à une usure prématurée et excessive de la dentition. Il est à noter que ces signes d’usure dentaire peuvent également apparaître chez l’enfant ou l’adolescent.

L’usure des dents : comment la reconnaître ?

Les dentitions qui sont usées, abîmées ou érodées présentent des signes distinctifs. Ce sont des signes d’alerte à considérer avec attention. Certains sont plus faciles à remarquer.

  • Un sourire inesthétique : des dents raccourcies ou qui présentent des surfaces aplaties ou des fissures.
  • Des « dents transparentes » : la décalcification de l’émail peut donner l’impression de voir l’intérieur de la dent.
  • Un jaunissement d’une ou plusieurs dents : l’amincissement de l’émail laisse apparaître la dentine qui est de couleur jaunâtre.
  • Une récession gingivale: principalement le cas lorsque l’usure dentaire est associée à un brossage trop énergique.

D’autres signes moins visibles peuvent aussi être ressentis.

  • Une hypersensibilité dentaire : la dentine se trouve exposée à la suite de l’usure de l’émail. Les dents deviennent alors plus sensibles au chaud ou au froid. Des douleurs peuvent aussi être provoquées par la mastication des aliments.
  • Des maux de tête inexpliqués ? Des douleurs au cou ou au niveau des mâchoires ? Ces symptômes peuvent être la conséquence d’un grincement excessif des dents.

Quels sont les meilleurs traitements pour les dents usées ?

Bien que les causes des dents usées soient diverses, cette condition peut être prévenue et traitée grâce aux soins de dentisterie. Comme souvent, une détection précoce de ces situations donnera les meilleures chances de succès. Il ne faut pas oublier non plus que l’émail ne se régénère pas : les dents endommagées devront être restaurées pour assurer la santé buccodentaire des patients.

Afin d’assurer un traitement adéquat, il est essentiel d’identifier l’origine et la forme clinique de l’usure dentaire qui affecte les patients, et ce, afin que l’usure ne se reproduise pas.

Un examen dentaire permettra à votre dentiste de confirmer que vous souffrez effectivement d’usure dentaire. Pour remédier à votre problème, il pourra alors vous proposer divers soins adaptés au type d’usure identifié.

Le port d’une plaque occlusale : une bonne solution pour contrôler les effets du grincement des dents

La plaque occlusale est une option intéressante pour protéger l’émail des patients qui souffrent de bruxisme. Il s’agit d’une gouttière faite de plastique transparent qui recouvre les dents supérieures, inférieures ou les deux. Fabriquée sur mesure, elle empêche les frottements répétés des dents les unes contre les autres et prévient ainsi l’usure causée par le grincement et le serrement.

Cependant, il est important de garder en tête que ce dispositif ne s’attaque pas à la cause ni aux conséquences du bruxisme. Il est plutôt utilisé à titre préventif pour permettre aux muscles de la mâchoire de se relâcher et, avec le temps, de ne plus répéter le réflexe de grincement.

La prévention : le meilleur traitement pour les problèmes d’érosion et d’abrasion

Si l’usure dentaire est due à l’érosion de l’émail, et qu’elle est légère, votre dentiste vous conseillera d’abord :

  • d’opter pour une brosse à dents plus souple et un dentifrice spécial pour reminéraliser l’émail ;
  • de vous brosser les dents plus délicatement ;
  • d’utiliser un bain de bouche au fluor pour renforcer votre émail ;
  • de porter une plaque occlusale pendant la nuit, au besoin.

En cas d’abrasion, il est aussi primordial de changer ces petites habitudes qui ont parfois la vie dure. Il est notamment important de limiter la consommation d’aliments acides, de s’abstenir de mordiller des objets ou de se ronger les ongles afin de préserver la dentition.

En optant pour la prévention dentaire, vous pourrez éviter diverses complications. Toutefois, si vos dents sont excessivement usées, votre dentiste pourra vous guider vers d’autres traitements. Voyons ensemble de quels traitements il est question.

Et si l’usure dentaire est trop importante ?

Lorsque les dents sont trop usées, des soins en dentisterie générale peuvent aider. Par exemple, des restaurations en composite pourraient être effectuées par votre dentiste pour redonner la pleine fonction à votre dentition.

Si l’usure concerne plusieurs surfaces d’une même dent, votre dentiste pourrait vous recommander des soins de prosthodontie. Les dents usées peuvent en effet être couvertes avec des couronnes faites en porcelaine afin d’empêcher les fissures ou les cassures de s’étendre. Les dents ainsi traitées sont consolidées et protégées des dommages qui ont été causés à l’émail.

Dans certains cas de malocclusion, votre dentiste pourrait également vous recommander un spécialiste en orthodontie afin de corriger l’alignement ou le chevauchement de la dentition.

Traitez vos problèmes de dents usées une fois pour toutes !

Voilà ! Vous en savez désormais un peu plus sur l’usure dentaire, ses causes et symptômes, ainsi que les traitements possibles pour vous en défaire.

Bien sûr, la prévention et une hygiène buccodentaire adéquate restent la meilleure solution pour éviter que les dents ne s’usent prématurément. Un brossage des dents régulier, l’utilisation quotidienne de la soie dentaire et des produits de soins dentaires adaptés vous permettront de maintenir l’émail de vos dents en santé.

Prendre un rendez-vous avec votre dentiste pour votre nettoyage et examen dentaire annuel est également le meilleur moyen de se prémunir contre ces problèmes. De cette façon, votre dentiste pourra détecter rapidement les premiers signes précurseurs des dents usées.

Donc, si vous croyez être aux prises avec un problème d’usure dentaire, n’hésitez pas à contacter le Centre dentaire Mont-Royal sans plus tarder. Nos dentistes vous accompagneront et vous aideront, quels que soient vos besoins buccodentaires.

Urgence dentaire : que faire quand on se casse une dent ?

quoi-faire-dent-cassee

Un accident est si vite arrivé : que ce soit en pratiquant un sport de contact, en glissant sur une plaque de glace, un trottoir enneigé ou en mordant dans un aliment trop dur, il peut arriver à tout le monde de se casser une dent.

Dans un tel cas, ne paniquez pas! Il existe plusieurs solutions permettant de réparer votre dent cassée si vous agissez rapidement.

Dans cet article, voyez quelques conseils à retenir afin de mettre toutes les chances de votre côté pour préserver votre dent !

Les bons réflexes à avoir quand vous vous cassez une dent

Lorsque vous vous cassez une dent, il est primordial d’agir très rapidement afin d’éviter que les dommages causés s’aggravent ou deviennent irréversibles. Assurez-vous de prendre les précautions suivantes aussitôt que possible après l’incident.

Le premier geste : conservez votre dent ou la partie brisée dans un milieu sûr

En attendant de consulter votre dentiste, la première chose à faire est de récupérer rapidement le morceau de dent qui est cassée et de le conserver dans un milieu où il ne risque pas d’être endommagé.

Pour bien protéger la partie qui est fracturée, il est recommandé de la garder dans votre bouche, au contact de votre salive, en faisant bien attention à ne pas l’avaler, bien sûr.  Sinon, il est également possible de déposer le bout de dent dans un verre de lait, dans du sérum physiologique ou dans une solution saline que vous trouverez en pharmacie. Enfin, il est envisageable de le maintenir dans un film plastique alimentaire, par exemple, dans un sac de congélation.

Votre dent est tombée ou a été entièrement expulsée de votre bouche ? Il est tout aussi important de la récupérer ! Faites bien attention à la prendre par la couronne (la partie naturellement visible de la dent qui dépasse de la gencive) et évitez à tout prix de toucher ou manipuler sa racine. Les mêmes recommandations de préservation s’appliquent, jusqu’à votre visite chez le dentiste.

Prenez rapidement un rendez-vous d’urgence avec un dentiste

Il est essentiel de prendre dès que possible un rendez-vous d’urgence avec votre dentiste, préférablement dans les 24 heures suivant le bris, le délogement ou la chute de votre dent.

La consultation rapide d’un professionnel de la santé dentaire est la meilleure garantie afin d’augmenter les chances que la dent touchée puisse être préservée ou réparée. C’est aussi la meilleure façon d’éviter d’éventuelles complications au niveau de la pulpe dentaire ou de la racine.

Des gestes simples pour soulager la douleur

Quelques gestes sont aussi possibles pour limiter les douleurs liées à votre dent brisée en attendant votre rendez-vous. Vous pouvez prendre un médicament analgésique ou anti-inflammatoire à base d’acétaminophène ou d’ibuprofène. Attention cependant à ne pas dépasser les doses prescrites, même en cas de forte douleur. Vous pouvez également appliquer une compresse froide ou une poche de glace pendant une quinzaine de minutes sur la joue où vous avez mal.

Vous n’éprouvez aucune sensation douloureuse ? Nous vous recommandons tout de même de consulter votre dentiste. Il se pourrait malgré tout que la racine ou la pulpe de votre dent ait subi une lésion et nécessite des soins dentaires.

Les traitements que pourrait vous proposer votre dentiste afin de réparer votre dent cassée

À votre arrivée à la clinique, des radiographies seront prises afin de mieux évaluer votre situation. Votre dentiste procédera à un test de vitalité au froid et à un diagnostic de votre condition bucco-dentaire afin de déceler toute lésion pulpaire et éliminer l’éventualité d’une fracture de la racine de la dent cassée.

Votre dentiste sera alors en mesure de vous proposer un traitement distinct, adapté à votre cas. Les options de soins dentaires varient selon le degré de dommage engendré par la brisure de la dent. Trois situations sont généralement possibles.

Si la pulpe dentaire n’est pas atteinte

Si la cassure ne concerne que la partie supérieure de votre dent, l’émail ou la dentine, votre chirurgien-dentiste pourrait alors être en mesure de recoller le bout de dent cassée. Il est toutefois indispensable que celui-ci ait été bien conservé au préalable. Sinon, une réplique du morceau manquant pourra être créée et fixée grâce à une résine ultra résistante (par exemple, une obturation en composite blanc). Dans les cas plus simples, lorsque de petits fragments seulement se sont détachés, un polissage de l’émail pourrait s’avérer suffisant pour corriger l’apparence de la dent brisée.

Dans le cas où la pulpe dentaire est touchée

Il est possible que la pulpe dentaire soit atteinte lorsque vous vous cassez une dent. Dans ce cas, votre dentiste devra d’abord dévitaliser la dent affectée, c’est-à-dire procéder à un traitement de canal. La dent ainsi dévitalisée, ainsi que la partie manquante, pourront ensuite être consolidées afin de protéger la dentition, par exemple par la pose d’une couronne dentaire en céramique .

Quand la cassure atteint la racine de la dent

Dans le cas des fractures dentaires, votre dentiste n’aura généralement d’autre possibilité que d’extraire la dent touchée. Trois options de traitements pourront être considérées à la suite de l’extraction :

  • Un pont dentaire fixe. S’appuyant sur les dents adjacentes à celle endommagée, il permet de combler l’espace vacant et de restituer l’esthétique de votre sourire.  
  • Une prothèse partielle amovible. Fabriquée sur mesure, celle-ci s’adapte à votre morphologie, tout en procurant à votre sourire une apparence élégante ;
  • Une couronne sur implant. C’est-à-dire, remplacer la racine naturelle par une artificielle faite de titane, avant de poser une couronne dentaire pour redonner à votre dentition sa pleine fonctionnalité de mastication.

Et pour les enfants ?

Votre enfant vient de se casser une dent de lait ? Pas de panique ! Même s’il est vrai que ce type de traumatismes dentaires peut être impressionnant et occasionner beaucoup de saignement.

Sachez qu’il s’agit d’un cas de figure relativement courant, notamment lorsque les tout-petits apprennent à marcher et qu’ils sont moins expérimentés. L’important est de rester calme, de rassurer votre enfant et de conserver adéquatement la dent ou le bout de dent qui est brisée, le plus souvent une des dents de devant (incisive), dans du lait ou une solution saline stérile, comme pour les adultes.

Surtout, il est essentiel de prendre rapidement rendez-vous chez votre dentiste afin de s’assurer que le germe de la dent définitive n’est pas atteint.

Pour un service d’urgence dentaire rapide et efficace, vous pouvez compter sur le Centre Dentaire Mont-Royal

En résumé, si vous vous cassez une dent, vous devriez agir rapidement. Car plus tôt vous passez à l’action, plus vous multipliez les chances que votre dent puisse être préservée. Ainsi, plusieurs bons réflexes à avoir sont :

  • De conserver la partie brisée de votre dent dans un milieu sûr ;
  • De prendre un rendez-vous d’urgence chez un dentiste, au plus tard dans les 24h qui suivent le traumatisme dentaire.

Au Centre Dentaire Mont-Royal, notre équipe vous reçoit dans les meilleurs délais possibles afin de vous permettre de retrouver rapidement votre bien-être et le plaisir de sourire. Pour obtenir un rendez-vous d’urgence dentaire avec l’un de nos dentistes, la journée même ou dans les prochaines 24h, contactez-nous.

À quel âge peut-on amener son enfant pour une première visite chez le dentiste ?

premiere-visite-dentiste-enfant

Les parents de jeunes enfants n’hésitent pas à visiter divers professionnels de la santé afin de s’assurer que le développement de leur enfant s’effectue de la meilleure façon possible. Mais qu’en est-il lorsqu’il est question de santé bucco-dentaire?

Dans cet article, voyez à quel âge un enfant devrait rencontrer son dentiste pour la première fois et pourquoi cela est important pour le reste de sa croissance.

Ce que disent l’Association dentaire canadienne et l’Ordre des dentistes du Québec à ce propos

Figures d’autorités en matière de santé bucco-dentaire, l’Association dentaire canadienne et l’Ordre des dentistes du Québec recommandent que la première visite chez le dentiste ait lieu dans les 6 mois suivant l’éruption de la première dent de l’enfant ou lorsqu’ils atteignent l’âge d’un an. Dans tous les cas, il est essentiel qu’un enfant ait été vu par un professionnel de la santé dentaire avant l’âge de deux ans.

Cela dit, il ne faut surtout pas hésiter à amener son enfant chez le dentiste en tout temps, peu importe l’âge, si l’on soupçonne un problème éventuel.

Une première visite chez le dentiste pour s’assurer que la bouche de l’enfant est en santé

La toute première visite d’un enfant dans une clinique dentaire permet au dentiste de s’assurer dès le plus jeune âge que les dents poussent normalement.

Lors de ce rendez-vous, le dentiste vérifiera également la présence de caries dentaires. La carie du jeune enfant, ou « carie du biberon », est  un type de carie qui touche les enfants en bas âge et qui pourrait être décelée lors de ce premier examen. Il est important de savoir que les caries doivent être soignées, même sur les dents primaires de l’enfant, et ce, afin d’éviter toute complication plus grave.

Le développement des mâchoires et la santé des gencives de l’enfant seront également évalués, tout en gardant un œil sur les problèmes de frein de langue ou autres conditions qui peuvent affecter la dentition ou le développement du langage.

Un premier rendez-vous qui vise aussi à éliminer l’anxiété chez l’enfant…

La première visite chez le dentiste ne vise pas qu’à examiner la santé bucco-dentaire de l’enfant.  C’est aussi un moment privilégié pour lui faire découvrir un endroit qu’il devrait fréquenter tous les six mois ! Ainsi, l’enfant en bas âge pourra se familiariser avec le personnel et l’environnement, ce qui permet de créer un climat de confiance.

C’est pourquoi certains dentistes vont par exemple installer les tout-petits sur la chaise pour les y habituer. D’autres leur présenteront quelques-uns des instruments qu’ils utilisent au quotidien afin d’éliminer la peur souvent associée à la visite chez le dentiste. Il se pourrait même que le dentiste demande au parent de sortir pour que l’enfant puisse acquérir un sentiment d’assurance face à lui.

Cette relation de confiance permettra surtout à l’enfant d’éviter « la peur du dentiste ». Elle lui permettra ainsi d’aborder positivement les soins bucco-dentaires tout au long de sa vie.

… Et à s’informer sur l’hygiène dentaire des tout-petits.

Une première visite c’est aussi le moment idéal pour aborder le sujet de l’hygiène buccale de l’enfant et de répondre aux questions que les parents peuvent avoir.

Le dentiste pourra vous conseiller sur les soins préventifs appropriés aux besoins de votre enfant, tels que les scellants qui permettent de protéger les dents contre la carie ou les applications de fluorure pour renforcer l’émail des dents.

Il est essentiel que l’enfant apprenne au plus tôt les principes d’une hygiène dentaire adéquate. L’accompagnement et le soutien des parents sont alors importants pour les aider à acquérir la bonne méthode pour se brosser les dents et passer la soie dentaire.

C’est sans aucun doute la meilleure façon pour que les enfants adoptent dès le plus jeune âge ces habitudes bénéfiques qui contribueront favorablement à leur santé bucco-dentaire à l’adolescence puis à l’âge adulte.

À la suite de cette première visite chez le dentiste

La plupart du temps, des visites périodiques chez le dentiste tous les six mois seront suffisantes pour suivre et contrôler le développement de la dentition de l’enfant tout au long de sa croissance. À cette occasion, des radiographies pourraient être nécessaires pour déceler les caries interdentaires. Celles-ci sont sans douleur et prises avec des instruments adaptés à la morphologie des enfants. Lorsque l’enfant atteindra environ trois ans, il pourra alors bénéficier d’examens et de nettoyages complets.

Ces rendez-vous réguliers permettent aussi de déceler différents problèmes de mastication, d’élocution ou esthétiques (dents qui poussent de travers, chevauchement) qui peuvent éventuellement survenir à ces âges-là. Soyez rassurés : dépistés assez tôt, ces éléments peuvent dans la très grande majorité être corrigés.

S’il y a lieu, une consultation avec un spécialiste en dentisterie pédiatrique ou en orthodontie, ou d’autres spécialistes de la santé tels qu’un orthophoniste pourrait ainsi être recommandée par votre dentiste.

Faites en sorte que votre enfant reparte de son premier rendez-vous le sourire aux lèvres!

En conclusion, il est important de mentionner que le parent peut préparer son enfant à sa première visite chez le dentiste. En effet, au fil des années nous avons pu constater combien les jeunes patients sont bien plus à l’aise lorsque leurs parents les préparent à cette nouvelle expérience.

Pour éviter ou éliminer toute peur ou anxiété, nous vous recommandons notamment :

  • de prendre si possible rendez-vous en matinée, les tout-petits étant généralement plus attentionnés et réceptifs à ce moment-là de la journée;
  • d’expliquer à l’avance le rôle du dentiste, de l’assistante dentaire ou de l’hygiéniste;
  • de préciser le déroulement de la visite pour que l’enfant développe un sentiment de confiance avant même de se rendre au Centre dentaire.

Vous avez des questions à propos du déroulement d’un premier rendez-vous chez le dentiste, n’hésitez pas à les poser à notre équipe. Plus vous serez confiant, plus votre enfant le sera aussi!

Que faire en cas de douleurs liées aux dents de sagesse?

douleur-aux-dents-de-sagesse

La poussée des dents de sagesse est l’une des causes les plus fréquentes de douleur dentaire chez les jeunes adultes. Non seulement est-elle inconfortable, mais elle peut aussi devenir une source de problèmes buccodentaires plus graves si elle n’est pas considérée à temps.

Si vous ressentez une douleur lancinante aux molaires, il est possible que la poussée de vos dents de sagesse nécessite l’intervention d’un dentiste. Pour en savoir davantage sur la marche à suivre et déterminer si vous devez voir un dentiste pour vos dents de sagesse, consultez la suite de cet article.

D’abord, que sont les dents de sagesse ?

Au nombre de quatre — bien qu’il soit possible d’en avoir deux, trois voire une seule —, les dents de sagesse sont les dernières dents à faire leur apparition. Situées au fond de la bouche, au niveau des mâchoires supérieure et inférieure, ces molaires poussent généralement à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, entre 17 et 21 ans. 

Lorsqu’elles poussent, les dents de sagesse percent la gencive afin de prendre leur place. C’est pourquoi leur arrivée est parfois douloureuse. De plus, le positionnement des dents de sagesse rend également leur accès plus difficile au brossage. Plus compliquées à nettoyer, elles sont ainsi plus susceptibles de développer des caries dentaires ou des maladies de gencives.

Pour certaines personnes, l’arrivée des dents de sagesse peut aussi s’avérer complexe, car ces dents en croissance ne disposent pas forcément de l’espace suffisant pour sortir correctement et s’intégrer au reste la dentition existante. On dit alors qu’elles sont incluses ou semi-incluses, c’est-à-dire qu’elles sont piégées sous la gencive ou partiellement apparentes.

Pourquoi consulter un dentiste lors de l’apparition ou d’une douleur aux dents de sagesse?

Chaque personne est unique. Il est donc important de consulter systématiquement un professionnel de la santé buccodentaire afin de déterminer si la poussée des dents de sagesse est problématique. Que vous ressentiez une douleur ou non.

Lors d’un examen en dentisterie générale, votre dentiste prendra le temps d’examiner votre bouche et d’évaluer votre situation. Cette consultation permettra également de déterminer la présence d’éventuelles complications dues à l’apparition des dents de sagesse ou encore, s’il s’agit plutôt d’un problème dentaire différent qui n’y est pas lié.

Toutefois, si aucune douleur n’est ressentie et qu’aucune complication n’apparaît, il est tout à fait envisageable qu’une personne conserve ses dents de sagesse en bouche. Les examens dentaires réguliers permettront à votre dentiste de s’assurer que votre santé bucco-dentaire demeure constante et que la présence de ces dents ne pose pas de problème à votre santé bucco-dentaire.

L’extraction dentaire : afin d’éviter les complications dues aux dents de sagesse

Votre dentiste peut recommander l’extraction des dents de sagesse afin de préserver votre santé buccodentaire. Cette extraction pourra ainsi prévenir l’apparition de complications plus importantes ou même de dommages permanents aux dents voisines, à la gencive ou à la mâchoire.

Même si vous ne ressentez aucune douleur particulière, l’extraction des dents de sagesse peut également être conseillée de manière préventive. Ceci afin d’éviter que les dents de sagesse désalignent le reste de la dentition et provoquent le chevauchement de certaines dents, les unes sur les autres.

L’intervention est réalisée sous anesthésie locale, elle n’est donc pas douloureuse. Certains inconforts ou douleurs peuvent cependant être ressentis après l’intervention. Une période de convalescence de quelques jours est généralement suffisante pour récupérer complètement. Les conseils prodigués par votre dentiste à cette occasion permettent de faciliter la guérison et d’éviter toute complication éventuelle.

Dans le cas où la douleur serait trop forte, il est aussi possible d’avoir recours à un rendez-vous dentaire en urgence. Ces services offerts en moins de 24 h permettent de répondre à vos besoins dans les meilleurs délais.

En cas de douleur liée aux dents de sagesse, contactez votre professionnel de la santé buccodentaire

En conclusion, il est important de consulter un dentiste lors de l’apparition des dents de sagesse ou lorsqu’une douleur y est associée. Lorsqu’elles sont nécessaires, les extractions dentaires donnent des résultats profitables et permettent d’assurer une excellente santé bucco-dentaire et d’éviter les éventuelles complications.

Si vous ressentez une douleur inhabituelle dans votre bouche ou dans la zone de vos molaires, n’hésitez pas à contacter l’équipe du Centre dentaire Mont-Royal. Nos professionnels qualifiés sauront vous accompagner et vous proposer les soins et les traitements adaptés à votre situation.

Comment soigner une carie dentaire?

Comment-Soigner-Une-Carie-Dentaire

Une carie dentaire est une infection causée par les bactéries présentes dans la plaque dentaire. En se multipliant à la surface des dents, celles-ci dégradent l’émail, la partie dure et visible des dents, celle qui les protège. Une cavité finit alors par se former.

Sans traitement, la carie endommagera la structure de la dent. En progressant, elle peut aller jusqu’à atteindre le cœur de la dent, la pulpe, et présenter ainsi un risque plus important pour l’ensemble de la santé buccale d’une personne.

Heureusement, des soins reconnus existent pour traiter efficacement les caries et freiner leur progression. En voici d’ailleurs les principaux.

Traitements au fluorure : lorsque la carie est détectée à un stade précoce

Lorsqu’il est appliqué sur les dents, le fluor rend celles-ci plus résistantes aux attaques acides des bactéries de la plaque et des sucres. C’est pourquoi les traitements au fluorure sont souvent utilisés à titre préventif, surtout chez les jeunes patients.

Un traitement au fluorure peut aider à restaurer l’émail de la dent touchée et ainsi empêcher la carie de se développer davantage. Cette approche peut être également recommandée pour les adultes, lorsqu’une carie est détectée par votre dentiste à un stade suffisamment précoce

L’obturation : le traitement utilisé pour les caries qui n’ont pas atteint la pulpe de la dent

Les obturations, communément appelées « plombages », sont l’option de traitement généralement recommandée lorsque la carie a progressé au-delà de l’émail, mais n’a pas encore atteint la pulpe dentaire.

Dans ces cas, le dentiste nettoie la cavité de la dent touchée afin d’éliminer toutes les bactéries, avant de la restaurer avec une obturation qui stoppera la progression de la carie.

Les restaurations peuvent être faites de divers matériaux, tels que des résines composites, de la porcelaine ou de l’amalgame dentaire qui est une combinaison de plusieurs matières. Cela permet de s’assurer que la couleur de l’obturation correspond parfaitement à celle de la dent, la rendant ainsi pratiquement invisible.

Le traitement de canal : lorsque la carie a progressé et atteint la pulpe dentaire

Lorsque la carie a progressé profondément dans la dent et que les bactéries ont atteint la pulpe, il est parfois nécessaire de réaliser un traitement de canal afin d’éviter des complications plus graves.

Celui-ci consiste à dévitaliser la dent touchée (en extraire la pulpe dentaire malade) gravement endommagée ou infectée, pour ensuite la sceller avec une matière spéciale qui ressemble à du caoutchouc, du gutta percha, et enfin la restaurer comme pour une obturation conventionnelle.

Pour les dents plus fragilisées, une couronne pourra ensuite être placée sur la dent traitée pour la renforcer et la protéger et donner un aspect naturel à votre sourire

L’extraction de la dent cariée : lorsque les dommages sont trop importants

Dans certains cas, une carie peut avoir atteint un stade si avancé qu’il n’est plus envisageable de restaurer la dent. La dent cariée doit alors être absolument extraite avant qu’elle n’entraîne des problèmes de santé plus importants.

Comme l’extraction d’une dent laisse un espace qui pourrait permettre aux autres dents de se déplacer, ce traitement doit être accompagné de soins complémentaires comme la pose d’un implant ou d’un pont dentaire. Ceci permettra ainsi de combler l’écart et garantir la solidité et la pleine fonction de la dentition du patient.

Le traitement des caries au Centre Dentaire Mont-Royal

En conclusion, le traitement à privilégier pour réparer une dent cariée dépend de l’avancement de la carie et de la gravité de la situation.

Il est important de savoir que les caries peuvent passer inaperçues avant d’avoir atteint un stade plus avancé. Elles peuvent cependant être dépistées à un stade précoce par un dentiste lors de vos examens dentaires réguliers. Détectée tôt, la carie peut généralement être soignée par des traitements simples et moins invasifs. Alors, si vous ressentez une sensibilité inhabituelle ou de la douleur à une dent, ou souhaitez prévenir l’apparition de caries dans votre bouche, n’hésitez pas à contacter l’équipe du Centre Dentaire Mont-Royal. Vous profiterez d’un accompagnement et de traitements personnalisés.